Christophe Grange : Directeur Innovation chez Danone

Christophe Grange, ingénieur ECAM 1989, a débuté sa carrière chez Danone dès la sortie des études. Ingénieur fonctionnel, manager maintenance, directeur industriel…Christophe a gravi progressivement les échelons pour devenir directeur technique et innovation pour l’ensemble des marques d’eau de Danone.

La sincérité et l’honnêteté sont les premières valeurs de progrès dans l’industrie.

Quel a été votre parcours ?

J’ai découvert ECAM Lyon lors d’une intervention d’étudiants dans mon lycée. Le parcours généraliste et l’ambiance assez « familiale » m’ont tout de suite séduit et m’ont poussé à m’inscrire dans la formation d’ingénieurs ECAM Arts et Métiers en 1986.

J’ai débuté ma carrière au sein du groupe Danone dès la fin de mes études. J’ai commencé en tant qu’ingénieur fonctionnel, dans un atelier pilote de l’entreprise Evian, la plus grande usine du Groupe (1000 employés). A cette époque, la marque travaillait à sa transformation technologique afin de passer de contenants en PVC à une autre matière, le PET. Une aventure à la fois technique et humaine à laquelle j’ai eu la chance de participer !

Après une année dans cet atelier, j’ai gagné en responsabilités en devenant Manager Maintenance du service plasturgie, puis du service conditionnement, avant d’évoluer Responsable Production. En 2001, j’étais nommé Responsable de projet pour l’implantation de deux usines, en Angleterre et au Pays de Galles. Par la suite  j’ai conduit l’insertion industrielle d’une société nouvellement acquise en Pologne au sein de Danone Waters. Entre 2003 et 2010, deux usines ont été construites et une rachetée portant le nombre de sites à 5 : j’étais alors Directeur Industriel, en expatriation familiale , avec un effectif de près de 500 personnes

De retour en France en 2010, j’ai pris la direction de l’usine Volvic Eau Minérale qui, dans un contexte social sensible, s’engageait alors dans une réorganisation suivant les principes du Lean Management. Il a donc fallu diviser l’usine en secteurs autonomes de production Lean.

Par la suite, je suis passé par le poste de DRH de la société Volvic, avant de prendre la direction de l’ensemble des sites industriels (eau minérale et boissons) en 2015. Enfin, en 2017, je suis devenu Directeur Technique et Innovation pour l’ensemble des marques françaises d’eau de Danone à savoir  Evian, Badoit, Volvic et Salvetat

En quoi consiste votre poste de  » Directeur Technique et Innovation » ?

C’est un poste nouvellement créé. Je suis en charge de toute la partie technique des unités françaises, en lien  avec la Recherche et Développement, le Marketing et les usines. En dehors des investissements capacitaires nécessaires, l’objectif est de développer la veille technologique, d’avancer rapidement et efficacement sur l’innovation technologique packaging, process et industrielle pour donner à nos marques les avantages concurrentiels au service des marchés.

Cela nécessite  aussi la collaboration  avec les services engineering et technique de tous les sites industriels afin de répondre à leurs difficultés ou projets. Une proximité avec les fournisseurs, ainsi qu’avec les équipes marketing et R&D sur les différentes innovations est la clef du succès .

Quel regard portez-vous sur votre parcours ?

Alors que j’étais chez Evian je me suis lancé un défi : j’avais jusqu’alors plutôt réussi dans un environnement encadré et dans une grosse structure…je voulais  être confronté à de nouveaux challenges opérationnels, développer  mon autonomie professionnelle loin des centres d’expertise et ainsi  pouvoir contribuer à l’essor de l’entreprise d’une autre manière. C’est là que l’on m’a donné ma chance au Royaume Uni pour démarrer une activité industrielle. Cela m’a appris à travailler différemment, à côtoyer d’autres secteurs d’activité, et à gagner en  expertise et autonomie. J’ai vite compris qu’il fallait saisir chaque opportunité, pour m’épanouir et évoluer rapidement.

Avez-vous un conseil pour les futurs ingénieurs ECAM ?

OSEZ ! Osez prendre des risques, sortez de vos zones de confort qui peuvent vous satisfaire aujourd’hui mais qui risquent de générer lassitude et frustration plus tard.  Posez vous la bonne question à savoir «  pourquoi pas moi ?». Pour finir la sincérité et l’honnêteté sont les premières valeurs de progrès dans l’industrie. Dans le monde managérial qui vous attend, le côté humain est primordial. On ne peut pas être manager ou directeur sans aimer les gens, aimer travailler avec eux, mais aussi pour eux.