fbpx
Brochure
Portes ouvertes
Menu

Ingénieur ECAM promo 1992, Henry Morel est aujourd’hui directeur général délégué de SODI Maintenance et Services Industriels. Un parcours sous le signe du management d’équipes.

Quelles sont vos missions chez SODI ?

J’ai intégré SODI Maintenance et Services Industriels en 2001. A l’époque, c’était une entreprise familiale qui venait d’être rachetée par le groupe Veolia. J’y ai débuté au poste de directeur adjoint d’agence, et j’ai progressivement pris davantage de responsabilités pour devenir directeur général adjoint en 2010. C’est le poste que j’occupe actuellement, avec des missions nombreuses et variées. Pour faire une rapide remise en contexte, SODI rassemble 13 agences en France,1 000 collaborateurs et réalise 130 M€ de Chiffre d’affaire. L’une de mes responsabilités est d’accompagner les 13 directeurs d’agences dans le développement commercial et l’analyse des résultats financiers mais aussi dans les difficultés opérationnelles qu’ils peuvent rencontrer.

J’ai également en charge un volet plus administratif, comprenant les ressources humaines, le juridique et le financier. Une partie importante de mon activité porte sur les investissements. En effet, pour développer une entreprise il faut pouvoir investir sur des projets et des machines. Je défends auprès du groupe Veolia les investissements nécessaires au bon développement de notre entreprise, avec des business plans et j‘en assure également le suivi, avec un reporting régulier.

Enfin, la dernière partie très importante de ma fonction consiste à anticiper les marchés, essayer de prévoir l’évolution des besoins de nos clients et ce que sera la maintenance de demain en termes techniques mais aussi opérationnels.

Quel est le secret de votre longévité dans cette entreprise ?

Pour rester 20 ans dans la même structure, le secret est d’avoir un projet dans l’entreprise et de le partager avec ses collaborateurs. En ce qui me concerne, je suis arrivé à un moment où l’entreprise était en construction. Les directeurs d’agences sont également là depuis de nombreuses années et j’en ai d’ailleurs embauché certains. Nous avons constitué une équipe qui partage un même état d’esprit. Depuis, nous avons développé les projets ensemble et c’est véritablement une réussite collective. Nous avons doublé la taille de notre entreprise. Je crois beaucoup au collectif, et si je suis encore là aujourd’hui c’est parce que les gens qui m’entourent sont authentiques et bienveillants.

Je pense que ce qui est important dans notre travail, en réalité ce n’est pas forcément le secteur d’activité mais les personnes avec lesquelles nous travaillons. Je privilégie toujours l’équipe.

En quoi votre formation d’ingénieur ECAM Lyon vous aide dans votre vie professionnelle ?

Quand j’ai démarré ma carrière, j’ai immédiatement été confronté à des problématiques étudiées à l’ECAM. Je pense que cette formation d’ingénieur généraliste est parfaitement adaptée au monde industriel. J’ai ensuite pu développer des compétences en management et leadership lors de mes différentes expériences.

J’ai le souvenir d’un responsable des études qui nous disait qu’un ingénieur ne devait pas se contenter de donner des ordres aux autres, mais aussi, avec ses connaissances, résoudre des problèmes. C’est une phrase qui m’est restée. Nous avons une formation qui nous permet de résoudre des problèmes et d’assumer nos décisions.

Si j’avais un conseil à donner à un jeune ingénieur ECAM ce serait d’entreprendre, de prendre des risques en croyant en lui et en les autres. Le respect des collaborateurs est également essentiel. C’est ce qui m’a permis d’avancer toutes ces années et de m’épanouir à travers mon métier.