fbpx
Brochure
Portes ouvertes
Menu

Imprimante MIM-Like : ECAM Lyon à la pointe de la technologie d’impression 3D métal

Le campus d’ECAM Lyon bénéficie de plateaux techniques dotés d’équipements technologiques de  toute dernière génération, au service des activités pédagogiques et de recherche, qui visent à favoriser la transformation de concepts en produits manufacturés. Le FabLab ou le Gene Haas Center en sont quelques exemples.

Une technologie d’impression 3D innovante

En 2019, une imprimante 3D MIM-Like , permettant de créer des objets en métal ou en céramique, est venue compléter les équipements du Pôle Matériaux et Structures (MAS), grâce au soutien de l’institut Carnot I@L et à la générosité des donateurs de la fondation ECAM LaSalle.

Cet équipement de pointe bénéficie à nombreux Projets de Recherche et Développement (PRD), lors desquels les élèves-ingénieurs en dernière année de la formation ECAM Arts & Métiers répondent à des problématiques d’entreprises. Démontrer l’imprimabilité de nouveaux matériaux ou participer à la conception de nouvelles pièces en sont quelques exemples.

 « Les élèves sont ravis et motivés à l’idée de travailler sur ce type de technologie d’avant-garde. A l’issue de leur formation, ils auront appréhendé les enjeux, les atouts, les problématiques de ce domaine innovant. » Sandra Simon, enseignant-chercheur au Pôle MAS d’ECAM Lyon

Le principe de cette technologie s’appuie sur l’impression 3D « classique » mais avec des poudres dispersées dans un liant polymère, qui sera ensuite enlevé lors d’étapes de déliantage/frittage pour obtenir les pièces 100% métal ou céramique. L’un des avantages de cette technologie de fabrication additive réside dans le fait que la quantité de déchets générée lors de la mise en œuvre est limitée en comparaison avec l’usinage. Elle permet aussi de mettre en forme des géométries complexes, habituellement inaccessibles.

Grâce à cette acquisition, ECAM Lyon a renforcé une expertise de plus de 15 ans dans le procédé MIM (Métal Injection Molding). Cet équipement, doté d’une technologie très innovante encore peu diffusée dans le monde, place l’Ecole en position de véritable acteur de l’impression 3D dans la région, comme en témoigne sa participation au pôle de compétitivité mécanique Auvergne Rhône-Alpes (CIMES) sur cette thématique.

Des perspectives d’évolution importantes

Le potentiel de cette imprimante va continuer à être expérimenté par une équipe d’enseignants-chercheurs du Pôle MAS (Sandra Simon, Claire Rigollet et Aurélien Etiemble), notamment en élargissant l’offre de matériaux imprimables et leur maitrise des géométries complexes pour répondre aux problématiques industrielles dans un très large panel de secteurs et d’applications.

« Les prochaines étapes du développement de cette technologie sont liées à la notion de rendement et de l’amélioration de la fiabilité du procédé, dans des secteurs tels que l’aéronautique par exemple. A la notion de répétabilité également, qui est incontournable dans la fabrication industrielle en série. », note Sandra Simon.