En direct avec des élèves-ingénieurs ECAM Lyon en confinement

Depuis la fermeture du campus ECAM Lyon, les enseignements sont assurés à distance afin que tous les élèves-ingénieurs puissent poursuivre leur formation. Mais il n’est pas toujours facile d’étudier dans ces conditions. Si beaucoup d’élèves-ingénieurs passent la période de confinement dans leur famille, certains sont dans des situations plus compliquées. Une chose est sûre : tous ont hâte de retrouver leur promo une fois la crise passée !

Comment les élèves-ingénieurs d’ECAM Lyon vivent-ils leur confinement ? Ils témoignent.

« A l’annonce du confinement, je suis rentrée chez mes parents à la campagne. La première semaine a été particulièrement compliquée, mais heureusement les cours occupent maintenant bien mes journées ! Je complète avec un peu d’activités physiques et je débute la guitare à travers des vidéos. Paradoxalement, ce sont les week-ends qui me semblent assez ennuyeux. L’enseignement à distance se passe très bien. Malgré quelques petites difficultés au début, le temps que tout le monde (enseignants et étudiants) apprenne à maîtriser les nouveaux outils numériques mis en place. Maintenant, tout se déroule correctement : la communication entre étudiants et enseignants se fait même dans certains cas mieux qu’avant cette situation ! »

Beaucoup d’élèves-ingénieurs ont pu rentrer chez leurs parents avant le confinement pour profiter d’un espace de travail plus confortable

« J’ai pu rentrer chez moi en Suisse pour le confinement. Les mesures ne sont pas les mêmes qu’en France mais sont généralement respectées ! J’ai séparé espace de travail et de repos pour ne pas tout mélanger. Pour garder le moral, je parle avec mes amis, je prépare la suite du club EcoEcam avec mon équipe et j’essaye de faire régulièrement du sport. Au niveau de l’enseignement, on a gardé à peu près les mêmes horaires, mais tout se passe depuis mon bureau et en jogging ! Je trouve les cours à distance plus difficiles à suivre ; plus le temps passe, plus c’est facile de se déconcentrer. Les exercices prennent plus de temps à finir de chez soi parce qu’on peut être distrait. Je préfère nettement un vrai cours dispensé par un prof ! Les travaux de groupes avancent aussi moins bien à distance, malgré tous nos moyens de communication performants. En fait, rien ne vaut d’être en face à face pour travailler ensemble ! »

« J’ai séparé l’espace de travail et de repos pour ne pas tout mélanger »

« J’aurais préféré rentrer en Inde auprès de ma famille mais je n’ai pas pu. Je suis donc confiné à la résidence Jean Bouisset sur le campus, où je travaille à partir de mon téléphone et de mon ordinateur : le wifi fonctionne bien. Heureusement parce que mon forfait mobile ne suffirait pas ! Même si j’ai la colline de Fourvière comme jardin, ce n’est pas facile d’être enfermé dans une petite chambre, et mes amis me manquent. Au niveau des cours, je me suis bien organisé avec mes deux écrans pour faciliter ma prise de note. Au niveau personnel, je m’occupe avec des jeux-vidéos ou en regardant des séries. Nous sommes quelques résidents à vivre encore ici, et parfois on se retrouve pour cuisiner ensemble. »

Certains étudiants ont dû rester confinés sur le campus au sein de la résidence Jean Bouisset

« J’ai pu rejoindre ma famille dans le sud de la France juste avant le confinement. Il y a bien des avantages à retourner vivre chez ses parents, surtout dans une maison avec un jardin : je ne peux pas me plaindre ! A distance, l’enseignement est plus difficile à suivre, cela ne remplace pas un cours en direct. J’ai l’impression de moins bien intégrer les connaissances. Heureusement les enseignants sont à l’écoute ! Malgré les cours à distance, les journées restent longues… »

Les futurs ingénieurs s’organisent pour suivre l’enseignement à distance depuis le 19 mars

« Pour minimiser les frais de logement, je suis en colocation. Je ne connaissais pas mes colocataires avant la rentrée et nous n’avons pas vraiment développé de liens amicaux : chacun a sa vie et ses amis à l’extérieur, comme moi avec mes copains de promo. Alors le confinement dans un contexte où chacun suit les règles à sa façon, c’est pas toujours simple ! J’avoue que c’est important pour moi d’avoir une activité scolaire qui reste intense (merci aux profs !). Et avec mes amis ECAM, à distance, on prépare déjà l’après-crise de la vie étudiante ! »